L

This document is also available in English

 L'histoire de la Famille Lalonde

On trouve l'origine de la famille Lalonde dans le diocèse de Rouen en Normandie, France. En 1665, notre premier ancêtre Jean de Lalonde avait 25 ans quand il arrive à Québec, en Nouvelle-France comme soldat du régiment de Carignan-Salières. Il est le fils de François-Philippe Lalonde et de Jeanne Duval de Rouen en Normandie. En 1687, il demeurait à Baie d'Urfé en Nouvelle-France, quand il fût tué par les Iroquois, à l'âge de 47 ans.


Les Lalonde, de la Normandie à la Nouvelle-France

Le père Archange Godbout qui a fait des recherches dans les registres de Notre-Dame du Havre pour les années 1595 à 1610 et 1635 à 1660, n'y a trouvé aucun Lalonde. Est-ce que Jean de Lalonde serait né au Havre avant 1635 et que sa famille aurait quitté cette ville peu après sa naissance? L'origine du nom Lalonde est cependant bien normande. Une forêt, un château, un village et plusieurs hameaux en Normandie portent le nom de La Londe. Il est probable que les ancêtres de Jean de Lalonde venaient d'un de ces villages ou de la forêt de La Londe.

En 1642, Paul Chomedey de Maisonneuve fonde Ville-Marie (Montréal).
En 1643, mise sur pied de la confédération de la Nouvelle-Angleterre formée par les colonies du Connecticut, New Haven, Plymouth et Massachusetts.
En 1644, Descartes publie ses Principes de philosophie dans lesquels il écrit "Je pense, donc je suis".
En 1648, révolution de Cromwell en Angleterre.
En 1654, Louis XIV est couronné roi en France.
En 1662, on commence la construction du palais de Versailles.
En 1664, les anglais s'emparent de la Nouvelle Amsterdam (fondée en 1624 par les Hollandais) et la renomment New-York.
En 1665, lors du premier recensement, on compte 3215 personnes en Nouvelle-France.

Jean, le premier Lalonde arrivé en 1665 en Nouvelle-France, déclare qu'il est originaire de la paroisse Notre-Dame du Havre à Rouen en Normandie quand il épouse Marie Barbant, une fille du roi, qui elle vient de la paroisse voisine, Saint-Rémi de Dieppe à Rouen en Normandie.

Deux fils de Jean de Lalonde se sont mariés, Jean-Baptiste et Guillaume, qui ont perpétué le nom de Lalonde en Amérique. À mesure que leur famille grandissait, il fallait trouver de nouvelles terres à défricher. Jean-Baptiste, l'aîné, resta à Baie d'Urfé sur la terre de son père et ses descendants se sont établis à Sainte-Anne de Bellevue et à Vaudreuil. Son frère Guillaume s'installait d'abord à l'île Perrot puis, quelques années plus tard, Guillaume et sa famille traversent la rivière des Outaouais pour s'établir aux Cèdres à Soulanges. Les descendants de Guillaume ont contribué à développer la paroisse de Saint-Joseph des Cèdres de Soulanges sur les bords du fleuve Saint-Laurent. Quelques descendants de Jean-Baptiste allèrent aussi les rejoindre aux Cèdres. Ces pionniers constituent les racines de la famille Lalonde en Amérique. Depuis plus que 300 ans, nos ancêtres vivent ici.

Quand on retrace les branches de l'arbre généalogique des Lalondes, autant du coté paternel que maternel, on trouve des ancêtres provenant de plusieurs régions de France, mais aussi des lignes qui viennent de la Nouvelle-Angleterre, de l'Angleterre et de l'Écosse.

L'arrivée du régiment de Carignan

Jean de Lalonde, dit l'Espérance était sans doute soldat de la compagnie Sorel du régiment Carignan-Salières. Il s'était embarqué au Havre pour arriver à Québec à la troisième semaine d'août 1665. Il serait arrivé en Nouvelle-France sur le bateau Aigle d'or ou Saint-Siméon. Aucune preuve ne vient cependant étayer cette affirmation. Mais plusieurs soldats surnommés l'Espérance sont arrivés avec le régiment de Carignan.

Le régiment de Carignan avait été levé en France par le prince Thomas-Pierre de Savoie, prince de Carignan, dont il porta le nom; il avait eu pour noyau la compagnie des gardes de ce prince célèbre. Ce régiment se distingua par un grand nombre de combats et, après la paix des Pyrénées en 1659, le prince de Carignan en fit cadeau au grand roi Louis XIV; et ce régiment fut dès lors assigné dans l'armée régulière.

À cette époque, la traite de fourrures avec les Indiens était menacée à cause des attaques des Iroquois, ce qui faisait péricliter les profits du Trésor royal. Colbert, premier ministre du roi Louis XIV, obtint la permission d'envoyer l'armée en Nouvelle-France pour stabiliser la situation et améliorer les recettes de la France. En 1665, dans le but d'assurer la paix et la tranquillité à la colonie qui était toujours exposée à périr, 1200 soldats du régiment de Carignan-Salières allèrent s'embarquer à la Rochelle pour la Nouvelle-France.

Dans son "Histoire de Sorel" l'abbé Couillard-Després écrit "M. de Tracy, lieutenant général du roi, s'embarqua avec quatre compagnies à la Rochelle, sur deux navires, le Brésé et le Téron, à destination de Cayenne. Là, M. de Tracy somme le gouverneur de rendre l'île au roi de France, ce qu'il fit sans difficulté. Ayant visité les îles de la Martinique et de la Guadeloupe, il met à la voile en destination du Canada et il arrive à Québec, le 30 juin 1665.

Toute la population canadienne et le clergé, ayant à sa tête l'illustre Mgr de Laval, se rendent au devant de M. de Tracy qui porte le titre de vice-roi de la Nouvelle-France. Jamais depuis la fondation du pays, pareil déploiement militaire ne s'était vu. Les quatre compagnies des régiments de Chambellé, d'Orléans, du Poitou et de Broglie, qui accompagnent le vice-roi, se joignent aux quatre premières arrivées le 18 juin 1665 sur le vaisseau Le Gagneur. Le 19 août et le 12 septembre 1665, huit autres compagnies viennent renforcer les troupes royales. Jean Talon, appelé à l'intendance du pays, met pied à terre en compagnie de Monsieur de Courcelles qui arrive en qualité de gouverneur. Les Canadiens sont dans la jubilation. On se prend à espérer des jours meilleurs."

En 1666, les miliciens du régiment de Carignan-Salières pacifièrent les Iroquois et obtinrent ainsi une tranquillité bienfaisante pour la colonie pour les seize années suivantes, jusqu'en 1682. Le régiment resta en Nouvelle-France pour trois ans, puis fut rappelé en France en 1668. Mais environ 400 soldats et 30 officiers acceptèrent l'offre du roi et préférèrent se fixer dans la colonie. Le roi accorda des seigneuries aux officiers capables de coloniser, une allocation de 150 livres aux sergents et de 100 livres aux soldats.

Quand les miliciens quittaient le régiment pour aller défricher une terre et se marier, il était coutume que "le Gouverneur général faisait distribuer aux mariés un boeuf, une vache, un cochon, une truie, un coq, une poule, deux barils de chair salée, onze écus avec certaines armes que les Grecs appellent keras." (Dumas S., p.81)

Officiers et soldats s'établirent sur les bords du Richelieu qui avait été le théâtre de leurs exploits. Les seigneuries de Contrecoeur, de Saint-Ours, de Verchères, de Chambly, de Sorel, de Lavaltrie eurent pour premiers seigneurs, des officiers du régiment de Carignan et pour premiers colons, des soldats de ce régiment, ceux-ci se regroupant de préférence autour de leur chef respectif.

Jean de Lalonde s'installe en Nouvelle-France

Jean de Lalonde fut l'un de ceux qui accepta de rester en Nouvelle-France. Au recensement de 1666, il habite dans la paroisse de Sillery, près de Québec. Il est inscrit sur la liste du collège des Jésuites et il déclare comme occupation, domestique.

Extraits de "Les Filles du Roi en Nouvelle-France" par Silvio Dumas:
Jean de Lalonde passe trois contrats de mariage successifs devant notaire avec trois filles du roi, avant de se marier finalement en 1669 à Marie Barbant (épelé aussi Baban, Barbary, Barbaut).

1 -- le 4 novembre 1667, il passe un contrat de mariage devant le notaire Romain Becquet, avec Françoise Hermel (Herbert, Herrubert)(28 ans) de Pointe-aux-Trembles, fille d'un hôtelier du Havre, qui épousa plutôt Jean-Baptiste St-Amour, le 3 mai 1668. Elle apportait des biens estimés à 300 livres (p.257).

Le 19 octobre 1668, Jean de Lalonde signe un contrat devant le notaire Romain Becquet pour travailler à la seigneurie d'Autray à Lanoraie au profit de Anne Gasnier, veuve du seigneur Jean Bourdon.

2 --le 27 septembre 1669, Jean passe un deuxième contrat de mariage devant le notaire Pierre Duquet avec Marie Poiré (28 ans) de le seigneurie d'Autray. C'est une parisienne de la paroisse Saint-Laurent, qui épousa finalement Jean Hardy, le 21 octobre 1669. Elle apportait des biens estimés à 950 livres et un don de 50 livres du roi (p.315).

3 -- le 13 octobre 1669, Jean passe un troisième contrat de mariage devant le notaire Pierre Duquet, avec Perrette Vaillant, une parisienne de la paroisse Saint-Germain l'Auxerois, qui avait des biens estimés à 250 livres et un don de 50 livres du roi. Nulle trace de cette fille après 1669 (p.341).

Le 22 octobre 1669, juste avant son mariage à Marie Barbant, Jean de Lalonde obtint un terre de Anne Gasnier sur sa seigneurie d'Autray. Le seigneurie est située à Lanoraie, à l'est de Montréal, sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent, en face de Sorel qui est sur la rive sud du fleuve.

Le 21 août 1655, à Québec, Anne Gasnier (1611-1698) avait épousé en deuxième noce, Jean Bourdon (1602-1668), sieur de Saint-François et de Saint-Jean, près de Québec. En octobre 1645, Jean Bourdon est gouverneur intérimaire de Trois-Rivières. En 1647, il est élu procureur syndic des habitants. En 1651, il est procureur général des habitants de la Nouvelle-France. En 1663, il devient procureur général du Conseil souverain. Jean Bourdon a aussi acquis plusieurs concessions. En 1636, concession de la Rivière au Griffon; en 1637, concession de la seigneurie d'Autray; en 1653, concession de la seigneurie de Dombourg (Neuville ou Pointe-aux-Trembles); en 1655, concession de l'arrière fief Ste-Anne dans Lauzon.

Mariage de Jean de Lalonde (1640 - 1687 = 47 ans)
et Marie Barbant (1639 - 1702 = 63 ans)

4 -- le 14 novembre 1669, Jean de Lalonde passe finalement, devant le notaire Antoine Adhémar à Trois-Rivières, un contrat de mariage avec Marie Barbant, âgée de 30 ans, qui apportait des biens estimés à 200 livres (p. 175). Marie Barbant (appelée aussi Baban, Barbary, Barbaut) est originaire de Saint-Rémi de Dieppe, Normandie. Elle est la fille de Alexandre Barbant et Marie LeNoble. Mais l'acte de mariage est introuvable. Le mariage a peut-être eu lieu à Sorel ou à Lanoraie. Le jeune couple habite probablement à la seigneurie d'Autray.

On peut supposer que Marie Barbant était arrivée en Nouvelle-France sur le Saint-Jean-Baptiste qui quitta Dieppe au printemps de 1669. Ce bateau était frété par le sieur Guenet de Rouen et commandé par le sieur Philis. Madame Anne Gasnier, veuve du seigneur Jean Bourdon, accompagnait ce convoi de filles du Roy. Soeur Marie de l'Incarnation parla de ce convoi dans une de ses lettres en ces termes "Madame Bourdon a été chargée en France de 150 filles que le Roi a envoyées en ce pays par le vaisseau normand. Elles ne lui ont pas peu donné d'exercice durant un si long trajet car comme il y en a de toutes conditions, il s'en est trouvé de très grossières et de très difficiles à conduire. Il y en a d'autres de naissance qui sont plus honnêtes et qui lui ont donné plus de satisfaction." (Silvio Dumas, Les filles du Roi en Nouvelle-France)

En 1670, traité clôturant les hostilités ouvertes en 1666 entre Charles II d'Angleterre et Louis XIV de France; il affirme l'emprise française en Europe.

Le 15 janvier 1671, Anne Gasnier proteste devant le notaire Romain Becquet à propos des travaux inachevés sur sa seigneurie. Jean de Lalonde lui signera plus tard (le 11 mars 1674) une obligation de 300 livres.

Le 6 mai 1671, le premier enfant de Jean et Marie naquit. Il est baptisé Jean à Sorel. Il mourra jeune; il est décédé avant le recensement de 1681.

En 1672, Marie-Madeleine de Lalonde naquit. Mais on ne retrouve pas son acte de baptême. Le 18 février 1686, elle épousera, à l'âge de 14 ans, Guillaume Daoust alors âgé de 41 ans, dont elle aura 8 enfants.

Le 13 novembre 1673, Jean vend son terre à d'Autray.

Le 13 juillet 1674, il loue une terre à l'île Perrot. Il travaille pendant quelque temps pour François Perrot et Robert Henry, mais cette association ne fonctionne pas. Ses associés font la traite des fourrures avec les indiens en leur donnant de l'alcool et Jean ne voulait pas être complice de cette manoeuvre illégale. Le 17 mars 1675, Jean résilie son bail à l'île Perrot.

Le 10 octobre 1675, un deuxième fils, Jean-Baptiste de Lalonde, est né à la mission du Haut de l'Île. Il est baptisé le même jour à l'église Notre-Dame de Montréal (appelé aussi Ville-Marie). Le 3 février 1698, Jean-Baptiste (23 ans) épousera Marguerite Masta (17 ans) dont il aura 1 enfant. Le 24 octobre 1701, il épousera Jeanne Gervais (22 ans) dont il aura 8 enfants.

En 1675, la famille Lalonde est installé à Ville-Marie chez Jean Gervaise. Jean Gervaise, dont le nom devint Gervais, est arrivé de Touraine en 1653, avec M. de Maisonneuve. Il reçut du fondateur de Montréal une terre de 30 arpents située sur la rue St-Sulpice actuelle, à peu près à l'endroit où se trouve aujourd'hui l'édifice de la compagnie de papier Rolland. En 1654, quatre mois après son arrivée, Jean Gervaise épousait Anne Archambault, qui auparavant avait été involontairement bigame pendant trois ans. Jean Gervaise est qualifié par Faillon "d'homme grave et sensé". Il devint l'un des plus important colon de Ville-Marie. Il était aussi boulanger. En 1657, il fut le premier marguillier de l'église Notre-Dame. De 1673 à 1688, il exerça la charge de procureur fiscal, c'est-à-dire de représentant du public auprès des tribunaux. Puis il devint juge de 1674 à 1689.

En 1676, la paroisse des Saints-Anges de Lachine est ouverte.

En 1676, le Conseil souverain établit les "Règlements généraux de police" pour la ville de Québec: Interdiction est faite aux protestants de s'assembler, aux habitants d'héberger des femmes de mauvaise vie, condamnation de la prostitution et du vagabondage, proscription de la mendicité sans certificat de pauvreté de la part du curé, prohibition de l'ivresse dans les cabarets.

La famille Lalonde s'installe à Sainte-Anne de Bellevue

Le 10 décembre 1678, Jean de Lalonde, ses deux enfants (Jean et Marie-Madeleine) et sa femme Marie enceinte de 7 mois sont les premiers colons qui s'installent dans une concession de 120 arpents de terre dans la mission de Saint-Louis du Haut de l'Île, qui deviendra plus tard Baie d'Urfé.

Le 7 février 1679, un troisième fils naquit à Côte Saint-Pierre de l'île de Montréal; le 12 février, il est baptisé Jean à l'église des Saints-Anges de Lachine. Le 2 février 1682, Jean meurt de la fièvre à l'âge de 3 ans, à la mission du Haut de l'île de Montréal et est inhumé aux Saints-Anges de Lachine le lendemain.

En 1679, la population de la Nouvelle-France atteint 9400 personnes.
En 1679, le père Hannepin, jésuite, découvre les chutes du Niagara.
En 1679, le parlement de Londres divisé en deux clans, les whigs et les tories, vote l'Habeas corpus qui précise les garanties individuelles et protège le citoyen des arrestations arbitraires.
En 1681, les premiers chèques font leur apparition en Angleterre.

Au recensement de 1681, Jean de Lalonde est inscrit à la Côte Saint-Pierre, dans le fief Verdun. Il déclare 40 ans (donc il serait né vers 1641). Il habite avec sa femme Marie, 42 ans; Madeleine, 9 ans; Jean-Baptiste, 6 ans; Jean, 3 ans. Un domestique habite chez eux, Georges, 16 ans. Jean possède 1 fusil, 4 bêtes à cornes, 12 arpents de terre labourable au Haut de l'Île.

Le 26 octobre 1682, Jean obtient un autre concession de 120 arpents sur les bords du lac Saint-Louis, accordée par François Dollier, supérieur du séminaire des Sulpiciens de Montréal. Ce lot à Baie d'Urfé est situé à la Pointe Saint-Louis, adjacente au terrain réservé pour la construction de l'église paroissiale. Aujourd'hui, ce terrain commence à la Pointe Caron et va jusqu'au chemin de fer. Les rues Westchester, Warwick, Cornwall, Victoria et Surrey de Baie d'Urfé traversent la propriété. La rue Dorset la coupe au milieu et, au bord de l'eau, se trouve le Yacht Club de Baie d'Urfé.

En 1682, ce territoire est considéré comme une mission de la paroisse des Saints-Anges de Lachine. Comme il n'y a pas d'église, c'est dans la maison de Jean de Lalonde que le curé Rémy fait des baptêmes et "dit ordinairement la messe de cette mission".

En 1682, la guerre avec les Iroquois recommence. La région de Baie d'Urfé est très exposé étant la colonie le plus à l'ouest, en plein territoire des indiens.


En 1682, Cavelier de La Salle explore la Louisiane; l'empire français en Amérique s'étend depuis Québec jusqu'au delta du Mississipi.
En 1682, en Angleterre, Halley observe une comète.
En 1682, à Londres, Newton explique le principe de la gravitation universelle.

En août 1684, Jean de Lalonde est nommé marguillier de la Mission du Haut de l'Île.

Le 21 août 1684, naît Guillaume de Lalonde à la mission du Haut de l'Île de Montréal. Son certificat de baptême aux Saints-Anges de Lachine indique qu'il est né exactement à minuit. Le parrain est Guillaume Daoust son oncle alors parti en guerre contre les Iroquois. La marraine est Marie-Madeleine de Lalonde, sa soeur. Le 27 avril 1710, Guillaume (26 ans) épousera Marie-Madeleine Hélène (Sarah Allen) (19 ans) dont il aura 13 enfants.

En 1685, une chapelle est construite sur la terre de Jean de Lalonde, et l'évêque Saint-Valliers inaugure la paroisse sous le nom de St-Louis du Haut de l'Île, qui deviendra Baie d'Urfé, d'après le nom du premier curé François Lescaris d'Urfé, sulpicien. Jean de Lalonde en est le premier marguillier.

En 1685, le duc d'York Jacques II devient roi d'Angleterre à la mort de son frère Charles II.

Le 15 novembre 1686, Jean de Lalonde obtient une nouvelle concession de six arpents accordée par François Dollier.

Le 21 mars 1687, vente de la concession de 120 arpents (acquise le 26 octobre 1682) au sieur de Blainville.

Le 29 septembre 1687, les Iroquois attaquent Jean et quatre autres travailleurs dans les champs près de leur maison et ils sont tués. Les victimes sont enterrées à la chapelle Saint-Louis. Jean avait 47 ans; il laisse dans le deuil sa femme Marie (48 ans), ses deux garçons, Jean-Baptiste (12 ans) et Guillaume (3 ans) ainsi que sa fille Madeleine (15 ans) mariée l'année précédente à Guillaume Daoust. En 1866, les dépouilles furent exhumées et inhumées à nouveau dans la crypte de l'église de Ste-Anne de Bellevue par Georges Chèvrefils, curé de la paroisse.

En 1688, on met sur pied des bureaux des pauvres à Québec, Trois-Rivières et Ville-Marie pour fournir la subsistance aux mendiants et aux chômeurs.
En 1688, le roi Jacques II d'Angleterre est déchu et se réfugie en France.
En 1689, Guillaume III d'Orange, le nouveau roi d'Angletere déclare la guerre à Louis XIV de France.
En 1689, à Londres, le Bill of Right fonde la monarchie constitutionelle.

C'est le commencement d'une nouvelle période d'instabilité pour la Nouvelle-France. C'est le début de la première guerre intercoloniale entre la France et l'Angleterre. Les habitants abandonnent le territoire de Baie d'Urfé et on ferme la paroisse Saint-Louis.

Mariage de Marie Barbant (1639 - 1702 = 63 ans)
et Pierre Tabault (1645 - 1723 = 78 ans)

Après la mort de son mari en septembre 1687, Marie Barbant quitte sa terre du Haut de l'Île, pour se réfugier à Lachine, par crainte des Iroquois. Comme c'était la coutume à cette époque, elle se remarie quatre mois plus tard, le 26 janvier 1688, à Pierre Tabault, un résident de Lachine et ancien milicien de la compagnie Contrecoeur du régiment Carignan-Salières. Il était veuf de Jeanne-Françoise Roy avec qui il avait eu trois garçons: Pierre (12 ans), Alexis (8 ans) et Jean (5 ans).

Dans la nuit du 4 au 5 août 1689, survient le massacre de Lachine. L'historien Garneau raconte ainsi "On était aux premiers jours du mois d'août. Rien n'annonçait aucun événement extraordinaire. Dans la nuit, 1500 Iroquois traversèrent le lac Saint-Louis durant une tempête de grêle et de pluie qui les favorise, et débarquèrent en silence à Lachine. Avant le jour, ils se sont placés par pelotons à toutes les maisons sur un espace de plusieurs lieux. Les habitants sont encore ensevelis dans le sommeil. Les Iroquois n'attendent plus que le signal, il est donné. Alors s'élève un effroyable cri de mort. Les portes sont rompues et le massacre commence. Les sauvages égorgent d'abord les hommes; ils mettent le feu aux maisons qui résistent et lorsque les flammes en font sortir les habitants, ils épuisent sur eux tout ce que la férocité et la fureur peuvent inventer. Ils ouvrent le sein des femmes enceintes pour en arracher le fruit qu'elles portent et contraignent les mères à rôtir leurs enfants." L'attaque se solde par la mort de 24 habitants et l'enlèvement d'environ 80 personnes dont 42 ne revinrent jamais. Les Iroquois brûlent 56 des 77 maisons que comptait le village. Le gouverneur Frontenac exagérera le nombre des victimes à 300 morts afin d'obtenir plus de renforts militaires pour la colonie.

Qu'est-il arrivé de la maison des Lalonde-Tabault? Même si la famille ne semble pas avoir été blessée, ce dût être une expérience de terreur survenant si peu de temps après les événements de Baie d'Urfé.

En 1690, au cours de la guerre entre la France et l'Angleterre, la flotte de l'amiral anglais Phipps assiège Québec. Frontenac, sommé de se rendre, répond à son émissaire "Je n'ai point de réponse à faire à votre général que par la bouche de mes canons et à coups de fusil".

En 1691, plus de 100 habitants de la Nouvelle-France périssent à cause des incursions iroquoises.

En 1693, on trouve un document notarié indiquant que Marie a placé Guillaume (9 ans) en pension chez les Dames Hospitalières de Lachine.

En 1693, les anglais fondent Kingston en Jamaïque.
En 1694, une charte royale fonde la banque d'Angleterre.
En 1695, la population de la Nouvelle-France atteint 12 786 habitants.

En 1696, Jean-Baptiste (21 ans) est "engagé ouest" pour aller chercher des fourrures chez les Indiens.

Entre 1695 et 1698, Guillaume âgé au début de 11 ans, a un contrat de travail chez Jean Gervaise à Ville-Marie, là même où la famille Lalonde avait habité de 1677 à 1678.

En 1697, le traité de Ryswick entre Anglais et Français laisse le statu quo ante bellum dans les colonies nord-américaines. Terre-Neuve redevient possession anglaise, mais la France recouvre l'Acadie et la Baie d'Hudson.

Les deux mariages de Jean-Baptiste Lalonde (1675-1750 = 74 ans)

Le 3 février 1698, Jean-Baptiste épouse Marguerite Masta (12 décembre 1680 - 22 septembre 1699 = 18 ans) qui donne naissance à un fils François, le 4 septembre 1699. Mais Marguerite décède quelques jours plus tard le 23 septembre.

François LALONDE (4 septembre 1699 - 11 janvier 1773 = 73 ans)
& Marie-Josephe TROTTIER (vers 1708 - 15 mars 1755 = 47 ans) - 13 enfants
& Marie-Anne RIBERVILLE dit Césire (25 février 1711 - ) - pas d'enfants

Le 24 octobre 1701, Jean-Baptiste se remarie à Jeanne Gervais (5 août 1679 - 31 octobre 1765 = 86 ans) dont il aura huit enfants:

1. Jean-Baptiste LALONDE (1 mai 1703 - après 1766)
& Marie-Josephe BREBANT dit Lamothe (13 mars 1709 - 5 avril 1750 = 41 ans) - 10 enfants

2. Guillaume LALONDE (19 février 1705 - après 1756)
& Marie-Angélique BRUNET dit Bourbonnais (23 juin 1711 - 5 juin 1795 = 83 ans) - 13 enfants

3. Joseph-Baptiste LALONDE (6 mars 1707 - 4 septembre 1785 = 78 ans)
& Marie-Jeanne LÉGER dit Parisien (9 août 1709 - après 1763) - 8 enfants

4. Thomas LALONDE (6 juillet 1709 - 6 août 1709 = 0 an)

5. Marie-Rose LALONDE (17 mars 1711 - 19 mars 1793 = 82 ans)
& Joseph GAUTHIER (6 juin 1700 - 25 août 1747 = 47 ans) - 7 enfants
& Pierre DAUSSY dit Dubuisson (vers 1710 - ) - 2 enfants

6. Antoine LALONDE (25 octobre 1713 - 18 décembre 1786 = 73 ans)
& Félicité SAUVÉ dit Laplante (28 novembre 1710 - ) - 12 enfants

7. Marie-Anne LALONDE (8 avril 1715 - 27 juillet 1754 = 39 ans)
& Nicolas ROBILLARD (13 août 1710 - 24 octobre 1791 = 81 ans) - 14 enfants

8. Marie LALONDE (18 décembre 1717 - 9 juin 1799 = 81 ans)
& Augustin-François BREBANT, dit Lamotte (1 mai 1716 - 28 septembre 1776 = 60 ans) - 10 enfants

Les Lalondes retournent à Baie d'Urfé

En 1700, la population de la Nouvelle-France est d'environ 15 000 personnes, celle de Québec, d'environ 2 000. La France compte approximativement 19 millions d'habitants; l'Angleterre et l'Écosse, 7,5 millions; l'Espagne, 6 millions.

En 1701, le gouverneur Caillères de la Nouvelle-France signe un traité de paix avec les Cinq-Nations iroquoises des Grands-Lacs qui vont dorénavant demeurer neutre dans les conflits entre les colonies françaises et anglaises.

En 1702, un peu avant sa mort, Marie Barbant fait concession de sa terre de Baie d'Urfé à son fils Jean-Baptiste. Guillaume déménageât avec son frère Jean-Baptiste et sa femme Jeanne Gervais à la ferme de Baie d'Urfé.

En 1702, Anne Stuart succède à Guillaume d'Orange sur le trône d'Angleterre.
En 1702, à Londres, parait le premier journal quotidien du monde, The Daily Courant.
En 1702, épidémie de petite vérole à Québec entraînant 2000 à 3000 morts dans toute la colonie, incluant les décès des amérindiens.

En 1703, la paroisse de Saint-Louis ré-ouvre, mais se situe maintenant près du site actuel de l'église de Ste-Anne de Bellevue. En 1711, la paroisse prit le nom de Sainte-Anne, quand le curé de Breslay eut un accident en traversant sur la glace près de l'île aux Tourtes. Il fit une prière à Ste-Anne pour être sauvé de l'eau glacée et, après avoir été rescapé, il changea le nom de la paroisse St-Louis pour Sainte-Anne.

En 1703, on commence la construction du palais de Buckingham à Londres.

Sarah Allen est fait prisonière

En Nouvelle-France, la guerre avec les Indiens est terminée depuis 1701. Mais la guerre de succession espagnole commence car le roi d'Espagne Charles II, sans héritier, désigne pour lui succéder le duc Philippe d'Anjou, le petit fils de Louis XIV, ce qui n'est pas accepté par l'Angleterre. L'Angleterre déclare alors la guerre à la France qui appuyait Philippe d'Anjou. Cette guerre se propage en Amérique. La Nouvelle-France craignait que le Nouvelle-Angleterre attaque l'Acadie pour acquérir le contrôle de ce territoire. Afin de détourner les forces anglaises de l'Acadie, les Français font bon nombre d'incursions en Nouvelle-Angleterre avec l'aide de leurs alliés, les Indiens.

Entre 1690 et 1710, les colons de la Nouvelle-France, toujours en guerre contre le colons de la Nouvelle-Angleterre, avaient pris la tactique de partir en hiver, en raquettes, accompagnés d'un certain nombre de Sauvages et d'aller surprendre un ou plusieurs villages américains. Ils revenaient avec un riche butin et souvent ils ramenaient les enfants dont les parents avaient été tués dans la bataille.

Le 29 février 1704, sous la direction de Hertel de Rouville, une force de 50 Français et 200 Indiens Abénakis attaque le village de Deerfield (Massachusetts), un village de 300 habitants au nord-ouest de la Nouvelle-Angleterre. La bourgade était défendue par une palissade de vingt arpents de tour. Il y avait quatre pieds de neige sur la terre et les vents en avaient amoncelé des bancs jusqu'à la hauteur des palissades. Les assaillants entrèrent dans la place comme si elle n'avait été protégée par aucun obstacle. Lors de l'attaque, 47 résidents sont tués, 111 sont faits prisonniers et plusieurs bâtisses son brûlées.

Dans le village de Deerfield, se trouve maintenant un musée appelé "Memorial Hall" dans lequel on trouve plusieurs objets conservés de la nuit du 11 mars 1704 quand les Abénakis et les Français attaquèrent ce village.

C'est ainsi que Sarah Allen (12 ans) fut prise en guerre à Deerfield. Les prisonniers durent marcher de Deerfield à Montréal, une distance de 500 kilomètres. Ils arrivent à Fort Chambly au début d'avril 1704.

Sarah fut placée sous la tutelle de Jean Quenet à Baie d'Urfé. Le 30 mai 1705, à son baptême, le curé de Breslay la dénomme "Marie-Madeleine Sara Helene, anglaise" et mentionne qu'elle a 13 ans. En mai 1710, Louis XIV roi de France donne les "lettres de naturalité", c'est-à-dire le droit de résidence dans le "pays du Canada et de la Nouvelle-France" à 40 immigrants, dont Magdelaine Allyn.

En 1704, Jean-Sébastien Bach écrit sa première cantate.
En 1707, acte d'union de l'Angleterre et de l'Écosse qui s'appelle désormais Grande-Bretagne.

Cependant à Deerfield, la vie se rétablit et Edward Allen, le père de Sarah est nommé greffier de la ville. Pendant les années suivantes, John Sheldon fit trois expéditions en Nouvelle-France pour recouvrer les otages. Au mois d'août 1707, Edward Allen, le père de Sarah, était membre de la troisième délégation qui vint à Montréal. Il n'y a pas de document permettant de dire si Edward a rencontré sa fille Sarah qui demeurait à Baie d'Urfé dans la famille de Jean Quenet.

Sarah avait deux frères, Edward (20 ans) et Samuel (5 ans) et quatre soeurs Mercy (18 ans), Martha (13 ans), Jemima (10 ans) et Hannah (8 ans) lors de l'attaque à Deerfield.

Dans différents documents, son nom est aussi épelé Helene, Halaine, Éline, Tulaine, Allyn.

Mariage de Guillaume Lalonde (1684 - 1752 = 68 ans)
et Sarah Allen (Marie-Madeleine Helene)(1692 - 1764 = 72 ans)

Le 27 avril 1710, Sarah Allen épouse Guillaume Lalonde. La ferme des Lalondes n'était pas loin de celle de Jean Quenet à Baie d'Urfé. Le couple se marie dans la nouvelle église de Saint-Louis du Haut de l'Île près du site actuel de l'église de Sainte-Anne de Bellevue. Ils auront 13 enfants:

1. Édouard LALONDE (6 mai 1712 - 12 août 1778 = 66 ans)
& Suzanne SÉDILOT dit Montreuil (1715 - vers 1743) - 1 enfant
& Madeleine MESSIER dit Duchesne (2 janvier 1724 - 20 février 1750 = 26 ans) - 3 enfants
& Isabelle-Élizabeth DUCLOS (2 septembre 1730 - 16 mars 1769 = 38 ans) - 7 enfants

2. Marie-Louise LALONDE (8 novembre 1713 - 24 octobre 1714 = 1 an)

3. Louis LALONDE (30 août 1715 - 3 novembre 1777 = 62 ans)
& Marie-Louise-Geneviève PICARD (29 avril 1720 - 2 juin 1765 = 45 ans) - 12 enfants

4. André LALONDE (9 avril 1717 - 16 février 1800 = 82 ans)
& Marie-Josephe DIEL (18 août 1729 - 6 janvier 1788 = 58 ans) - 2 enfants

5. Albert LALONDE (27 mai 1719 - 20 avril 1795 = 75 ans)
& Marie-Angélique MONPETIT (20 mai 1727 - 18 avril 1795 = 67 ans)

6. Marie-Françoise LALONDE

7. François-Claude LALONDE (2 juillet 1721 - 20 octobre 1794 = 73 ans)
& Marie-Élizabeth RÉAUME (31 mai 1727 - ) - 13 enfants

8. Marie-Josèphe LALONDE (11 mars 1724 - 14 octobre 1781 = 57 ans)
& Thomas WATIER (vers 1725 - avant 1788) - 8 enfants

9. Joseph-Marie LALONDE (19 novembre 1725 - )
& Marguerite SARRAZIN (5 janvier 1722 - 22 juillet 1763 = 41 ans) - 6 enfants
& Angélique MERLOT (29 juin 1736 - ) - 4 enfants

10. Geneviève LALONDE (27 octobre 1727 - 14 mars 1792 = 64 ans)
& Charles LECOMPTE dit Lafleur (3 août 1722 - après 1765) - 10 enfants

11. Guillaume LALONDE (19 juin 1730 - 24 mars 1792 = 61 ans)
& Marie-Charlotte BRAY (15 septembre 1729 - 26 mars 1792 = 62 ans) - 7 enfants

12. Marie-Anne LALONDE (31 juillet 1732 - 23 septembre 1790 = 58 ans)

13. Jean-Baptiste LALONDE (15 juin 1734 - )

En 1713, signature du traité d'Utrecht: toutes les puissances belligérantes mettent fin à la guerre de succession d'Espagne. Mais c'est un traité désastreux pour la France. L'Angleterre s'empare des avant-postes de la Nouvelle-France, obtient Terre-Neuve, l'Acadie, la Baie d'Hudson. La Nouvelle-France est maintenant réduite à un long corridor s'étendant sur les deux rives du fleuve St-Laurent. Mais elle entre, jusqu'en 1744, dans la plus longue période de paix qu'elle ait connue.

En 1714, mort de la reine Anne et avènement de la dynastie de Hanovre sur le trône d'Angleterre avec George I.
En 1714, Fahrenheit utilise le mercure pour fabriquer des thermomètres.
En 1715, mort de Louis XIV. Louis XV étant agé de 5 ans, la régence est assumée par Philippe d'Orléans jusqu'en 1723.

En 1717, Guillaume signe un contrat comme "engagé ouest" pour faire partie de l'expédition annuelle de traite des fourrures. Ces voyages partaient de Lachine au début du printemps et revenaient à l'automne. Il y a un musée de la fourrure à Lachine où on explique comment ces expéditions étaient réalisées. Quand Guillaume revint du pays des fourrures, la famille déménageât à l'île Perrot à la Pointe du Moulin. Ils ont vécu là jusqu'en 1727. Le vieux moulin est toujours là aujourd'hui; il a été restauré, il est entouré d'un parc et il est possible de visiter le centre d'interprétation adjacent.

Le couple avait déjà eu quatre enfants à Baie d'Urfé (Édouard, Marie-Louise, Louis et André). Sur l'île Perrot, il a eu six autres enfants (Albert, Marie-Françoise, François-Claude, Marie-Josephe, Joseph-Marie et Geneviève). Quand leur onzième enfant est née, la famille avait déménagé aux Cèdres de Soulanges entre 1728 et 1730.

Mariage de André Lalonde (1717 - 1800 = 82 ans)
et Marie-Joseph Diel (1729 - 1788 = 58 ans)

Le 7 avril 1750, André Lalonde (1717 - 1800 = 82 ans) épouse Marie-Josephe Diel (1729 - 1788 = 58 ans) à Ste-Anne de Bellevue. La famille Diel était originaire de Longueuil avant de déménager à Soulanges. À cette époque, Soulanges était une mission de la paroisse de Sainte-Anne de Bellevue. Soulanges eut sa première chapelle en 1720 et une église de 44 bancs fut bâtie en 1727. Le mariage a probablement eu lieu dans cette église.

Le 1 février 1752, la paroisse de Saint-Joseph des Cèdres de Soulanges est inaugurée. La nouvelle paroisse englobe le territoire de Soulanges auparavant desservi par la paroisse de Sainte-Anne de Bellevue. André et Marie-Josephe demeurent dans cette nouvelle paroisse.

Le 21 août 1752, le père d'André, Guillaume Lalonde décède; il est enterré dans la cimetière de Saint-Joseph de Soulanges. Il avait 68 ans.

En 1754, André reçoit un concession de terre du seigneur le chevalier de Longueuil. Le 25 juin 1754, naquit un fils qui fut baptisé Joseph à Saint-Joseph de Soulanges.

Le 25 décembre 1764, Madeleine Helene (Sarah Allen), le veuve de Guillaume Lalonde et mère de André Lalonde décède à Saint-Joseph de Soulanges. Elle avait 72 ans.

Ainsi prennent fin les deux premières générations de Lalondes en Nouvelle-France. Les Lalondes sont maintenant bien établis dans Soulanges, Vaudreuil et dans l'ouest de Montréal. Au cours des années suivantes, des Lalondes migrèrent en Ontario et aux États-Unis, en particulier au Michigan. Il y eut aussi des migrations vers l'ouest du Canada ainsi que vers les États de la Nouvelle-Angleterre. Il y a même eu, au dix-huitième siècle, deux Lalondes voyageurs qui se sont rendus en Louisiane et s'y sont établis.


by Eric Lalonde (Ericllnd@aol.com)
Adaptation française par Pierre Lalonde

Documentation compilée par Pierre Lalonde

SVP. Veuillez m'indiquer les corrections ou additions à faire.
Pierre Lalonde - lalonde.md@videotron.ca
http://www.nosorigines.qc.ca/

© Chris Lalonde & Eric Lalonde                                        Updated: January 16, 2008